Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, un cours un peu particulier d'histoire du sport avec Tout ce que vous ignorez encore sur le Tennis.

Ouvrez bien vos esgourdes et soyez prêts à briller lors de vos soirées mondaines avec ces anecdotes :

 

-Pourquoi les joueurs jouaient en blanc ?

 

En voilà une question qu'elle est bonne. Et une réponse qui ne l'est pas moins. Sachez que les balles de tennis modernes sont une évolution forcée par celle des raquettes.

Explication : A l'origine, on ne tolérait pas les rebonds au Tennis, et pour cause. Ne connaissant aucun ustensile susceptible de rebondir convenablement sur le sol, les tennismen des débuts utilisaient ce qu'ils avaient sous la main, ce qui était le plus souvent des briques.

Oui, des briques, je vous rappelle que le Tennis est un sport anglais et que les anglais font des briques, les fameuses briques anglaises.

Les briques anglaises étant d'un rouge-ocre fort prononcé, les joueurs s'habillaient donc en blanc pour mieux voir la brique. Logique.

 

-D'où vient la terre battue ?

 

A cette époque le Tennis ne rencontra pas un succès phénoménal et pour cause, balancer une brique à grand coup de poêle à frire (c'est tout ce qu'on avait trouvé pour servir de raquette). Quant on découvrit lors d'une grande campagne d'extermination que les cheveux de rats étaient très élastiques et permettaient de faire un tamis pour une raquette de cordage (alors appelée rat-couette, puis par simplification raquette !), la brique devint un inconvénient : Non seulement elle arrivait bien plus vite qu'avec les poêles (qui d'ailleurs étaient vite inutilisables...) mais en plus elle s'effritait et laissait une couche ocre sur tout le terrain.

Ainsi créa-t-on le premier terrain de terre battue et fut-on obligé de chercher un autre projectile pour continuer à jouer.

 

-Pourquoi les sets sont appelés Sets ou Manches ?

 

Mais oui pourquoi ? Ah, c'est à moi d'expliquer ? Bon d'accord.

Et bien c'est très simple : Aux premières heures de la vie du Tennis, on considérait que le joueur qui menait devait avoir un handicap pour aider l'adversaire à revenir au score. Mais lequel était-ce ? Et bien, vous aurez deviner tout seul ou alors il faut tout vous dire, il s'agissait de rajouter à la chemisette sans manche, une manche (une seule !) par set gagné. D'où l'arrêt du Match à la troisième manche gagnée. Où voulez-vous la mettre ?

Et le set ? Et bien simplement essayez de coudre une manche à une chemise en moins de trente secondes. (Mais non, n'allumez pas la machine à coudre, c'est pour dire.) Les couturières étaient au nombre de sept (ah bah forcément !) pour coudre au plus vite cette manche supplémentaire.

L'arbitre annonçant SEPT signifiait que la manche était prête et que le match pouvait reprendre.

 

-Pourquoi les femmes ne disputent que trois manches au plus ?


Pour la même raison que précédemment. Enfin pas tout à fait.

Et oui, réfléchissez bien : les femmes sont sur le court donc ce sont les hommes qui sont à la couture. Avez-vous déjà essayer de faire coudre un homme ? (Mais non pas sur lui, par lui !)

Alors vous comprenez bien, c'était déjà assez long d'attendre qu'ils aient fini une manche, parfois pour chaque participante (!), qu'on n'était pas tellement tentés de pousser le vice à une seconde.

 

-Qu'est ce que fout l'arbitre à deux mètres de haut sur une chaise de bébé ?


Alors là, si vous saviez... Ah, il faut que je raconte. Décidément je fais tout moi ici !

On pourrait penser qu'il s'agit d'une tentative d'évitement des grosses frappes de bourrin à l'époque des briques (ah oui ça fait mal !), et pourtant. Il s'agit d'un stratagème inventé par le premier arbitre de matchs masculins. Les courts masculins et féminins étant alors séparés d'une palissade pour éviter la déconcentration des joueurs, ce pervers eu l'idée, sous le prétexte de mieux voir les lignes d'en haut, de rehausser sa chaise jusqu'à avoir une vue imprenable sur le court d'à côté. La proportion d'arbitres n'a d'ailleurs jamais été aussi forte qu'en ce temps-là.

 

-Pourquoi les arbitres de lignes gueulent comme des putois ?

 

Ne pensez pas qu'il s'agit d'avertir le public en même temps que les joueurs car à l'époque où cette pratique vit le jour, personne ne venait voir des matchs ou deux malades mentaux tapaient dans une brique avec des ustensiles de cuisine pendant qu'un arbitre perché au dessus du filet se rinçait l’œil pour pas un rond.

Simplement, à l'époque où ce sport se développait, l' Angleterre était à la pointe dans un autre domaine : le travail handicapé.

On essaya bien les aveugles comme ramasseurs de balles, mais comme vous l'aurez compris l'efficacité n'était pas au rendez-vous. Vinrent alors les culs-de-jatte pour arbitrer mais là, l'arrivée de la chaise surélevée rendit l'expérience caduque.

Au final, la seule expérimentation viable sur le long terme fut de placer des sourds en face des lignes (Beaucoup de lignes mais l'Angleterre ayant découvert le Rock’n’roll, les sourds ne manquaient pas) qui s'égosillaient donc à la moindre balle (ou brique) faute.

 

-Pourquoi applique-t-on un décompte des points aussi tordu ?

 

Est-ce qu'on a tenté de faire le sport le plus compliqué ? Est-ce que c'était du à la déconcentration des arbitres et aux mini-jupes des joueuses ?

Et bien non. Figurez-vous que lorsqu'il s'est agit de trouver un mode de comptage des échanges gagnés, les discussions furent âpres.

4 échanges pour un jeu fut avalisé, puis une différence de deux échanges pour gagner le jeu (vous connaissez quand même...). Mais voilà, le set se jouant en 6 jeux gagnants voire 7 si égalité à 5-5, on ne pouvait pas recompter simplement 1-2-3-4-5 (c'est chiant, hein !).

Ainsi trois théories furent mises en place :

*A-B-C-D-E (c'est sûr pour changer des chiffres, rien de mieux que les lettres),

*Hors d'oeuvre-Entrée-Plat-Fromage-Dessert (Culinaire, en Angleterre...)

*15-30-40-Avantage-Jeu (Suivant un algorithme de la crème des mathématiciens. Logique, la fameuse crème anglaise)

On finit par choisir le dernier décompte à Shi-fu-mi (Pierre-papier-ciseaux en Français, Stone-paper-cisors en Glish)

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec un retour à notre programme classique sur l'histoire des expressions françaises.  

 

Professeur Z


Partager cet article

Repost 0
Published by Professeur Z - dans Professeur Z
commenter cet article

commentaires

Mathieu Bouchez 16/12/2011 15:04

Mathieu Bouchez aime ça

Présentation

  • : Omega - Le Z
  • Omega - Le Z
  • : Ceci n’a pas vocation à avoir un début, un milieu et une fin. Juste un fil. Soyez comme un ami, ou juste une connaissance. Prenez ceci au vol, à n’importe quel instant et laissez-vous porter, accompagnez.
  • Contact

Pages

Catégories