Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 00:01

Petit, je souffrais parfois à différencier mes souvenirs de mes rêves.

Des endroits, des maisons, des villes entières que j'ai pu rêver à l'époque et que j'ai cru réels pendant longtemps.

 

Tant et si bien qu'un jour, j'en ai rêvé qu'une rue n'existait pas. Et le pire est que je me félicitais, pour une fois, de pouvoir dire à coup sur que cette rue n'existait que dans mes rêves.

 

Il y a quelques années, adulte et faisant un passage dans mon village d'enfance, je découvrais cette rue qui ne devait exister que pour moi dans toute sa réalité morne.

Et je ressentis, pour quelques secondes, à nouveau l'émerveillement d'un enfant devant l'innatendu.

 

C'était un sentiment oublié depuis si longtemps, et qui avait un arrière-gout d'amertume, comme si, n'ayant pas été préparé, je n'avais pu profiter pleinement de cet écho lointain de ma naïveté, depuis disparue.

 

Je m'imaginais alors la frustration inverse, d'un lieu m'appartenant à moi seul mais dont j'aurai "perdu la clé".

Au moins, la mélancholie me donne un peu d'inspiration :

 

 

Où est le rêve, où est la réalité ?

Et cette rue qui fut la grève de ma mer de la tranquillité

Le clair de lune est bien plus terne que dans ma virtualité

Je m'en veux d'avoir perdu ce sens de l'irréalité

 

Quand j'errai sur les trottoirs d'une rue sans nom et sans fenêtres

Où seuls mes pas remplissaient ce silence loin de la tempête

Le temps s'arrêtait pour laisser passer mon ombre, confus ;

Elle qui envoyait sur les murs son éclat sombre et diffus

 

J'étais calme et serein. A la merci du moindre grain de sable

Mais inquiet pour rien au monde, j'arpentais cette allée improbable

Attendant le moment idéal pour sortir de ma bulle

Au coeur de ces terres je n'étais jamais ridicule

 

Depuis j'ai bien vieilli, et j'ai perdu mon abri

Je prends le monde en pleine gueule, intérieurement je gémis

Je vis dans un monde qui ne me connaît pas

L'adulte que je suis s'empêche d'aller là-bas

 

Dorénavant je marche à l'affût du sale coup

Dans ces rues, partie aérienne des égouts

Le regard perdu vers l'horizon

Je cherche la personne qui aura le don

De me regarder en face, me remettre à ma place

Et m'emmener quelque fois, quand elle le voudra

Dans ce havre de paix où j'oublierai regrets,

Remords et rancœur blotti tout contre son cœur

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Z - dans PoéZie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Omega - Le Z
  • Omega - Le Z
  • : Ceci n’a pas vocation à avoir un début, un milieu et une fin. Juste un fil. Soyez comme un ami, ou juste une connaissance. Prenez ceci au vol, à n’importe quel instant et laissez-vous porter, accompagnez.
  • Contact

Pages

Catégories