Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Faire trois tours de slip sans toucher l'élastique :

 

Expression contemporaine. Cette expression on ne peut plus imagée symbolise le fait de recevoir un coup asséné particulièrement fort. On se doute que ce n'est pas littéral car, pour peu qu'on réfléchisse, on se rend rapidement compte qu'un slip ça a deux jambes, comme son propriétaire et à moins d'un cul de jatte, personne ne peut faire de tour dans son slip. Ainsi, comme on ne frappe pas les infirmes -- ou alors c'est qu'ils l'ont vraiment cherché -- Il faut trouver ailleurs l'origine de cette expression.

En réalité, cela vient d'un concours organisé tous les ans dans les pays nordiques. Entre le lancer de tronc, l'abattement d'arbre le plus rapidement possible et la course à dos de renne, on organise des tournoi de slip.

En finnois le slip est une barre horizontale posé sur deux pieds et surplombant un filet élastique. Pourquoi un filet ? Parce que la compétition se fait par deux et le jeu consiste à frapper suffisamment fort son collègue en plein visage pour le faire tourner autour du slip sans tomber dans le filet. Du coup, sans filet, c'est par terre, et ça fait mal.

Le couple vainqueur est celui qui arrivera à faire trois tours de slip sans tomber dans le filet. Et je peux vous dire que les gagnants sont rarement beaux à voir (surtout celui qui tourne...).

 

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une expression à haute consonance religieuse, Prêcher un converti.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, un cours d'histoire et de langue un peu particulier qui nous emmène en amérique latine.

Mais jugez plutôt :

 

En préambule, il faut savoir que contrairement aux idées reçues, l'immolation peut avoir lieu par l'eau, le feu, la terre, le bois, le fer ou tout autre moyen. Le moyen le plus fréquent étant le feu, on attribue injustement l'action d'immoler au feu, alors qu'il faudrait préciser le moyen utilisé (par exemple « immolé par l'eau », « immolé par le feu »).

 

Wikipédia, 2012

 

Ce qui implique donc que dans l’empire Inca (ou tout bon quidam moyen s’appelait Lamar, comme tout le monde le sait), lors des sacrifice devant le grand prêtre (le pape inca, quoi), ils immolaient les gens par éviscération, ou par la lame, ou par le couteau, ou par le... enfin bref c’était dégueulasse quoi, des boyaux partout, le sacrifié vivant qui appelle sa mère pendant qu’on se faisait un chapelet de son intestin grêle, les gens en transe (ils appelaient ça être Dalhu à l’époque... et après on s’étonne que les conquistadores aient pas pris le temps d’apprendre la langue), etc...

 

Tout cela me rappelle d’ailleurs une anecdote sympatoche, où la famille Mott en avait assez que ces plantations se fassent bouffer par des Chokol à poils dur (qui comme chacun le sait à les dents longues. Ça ressemble à un castor, mais c’est de la famille des mustélidés. Un cousin de la belette quoi, mais qui au lieu de chasser des lapins, attaque violement les choux et les navets)...

 

Qu’est-ce que je disais moi... Ah oui, les Mott étant las de cette situation, décidèrent de faire d’une pierre deux coups en forçant le jeune dernier, Lamar (comme tout le monde), à chasser un Chokol pour le sacrifier au Dieu Theotiyouticlahertlicaticaketipalmecou (le dieu des situations désespérées, parce qu’il faut vraiment l’être pour essayer de l‘invoquer, essayer donc pour voir !).

Sauf que ces saloperies étaient sacrément remuantes une fois attrapées. Du coup, arrivé sur l’autel face au prêtre déjà bien overdosé, Lamar agrafa la pôv’ bête pour la finir à grands coups de tranchoirs dans la gueule ; l’expérience lui fut toutefois fatale avant même le premier coup.

 

La morale de cette histoire :

 

On ne dit pas : « Lamar Mott immole Chokol à dent ; le pape y est Dalhu » mais bien sûr « Lamar immole Chokol par agrafe... 3-b, page 226 : Le quotidien méso-américain entre le 14 janvier 1425 et le 23 Mars 1512 »

 

 

Voilà, voilà.

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une expression qui nous vient du pays où les gens font des grasses matinées qui durent six mois, j'ai nommé la FInlande.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Ne pas y aller avec le dos de la cuillère :

 

La redécouverte du claquos à la renaissance (voir Appuyer sur le Champignon) ainsi que la découverte de sa cuisine provoqua un séisme culinaire. Partout on préparait des crèmes de claquos. La puanteur habituelle du champignon ne se dégageait alors que lorsque la croûte sur le dessus de la crème se craquelait. Ainsi pour ne pas gâcher les repas de famille, chacun tapotait doucement la crème avec le dos de sa cuillère afin d'atteindre le cœur du plat sans signer l'arrêt de mort du chien qui, je le rappelle, possède un odorat 1000 fois plus développé que le notre (pôv' bête).

Malheureusement, ceux n'en ayant jamais goûté y allait à fond sous les cris de panique de son voisin de table :"TU N'Y VAS PAS AVEC LE DOS DE LA CUILLERE ! ".

 

NB : Les évènements de ce type se multipliant, les restaurants fermaient les uns après les autres et il fut décidé d'éradiquer les claquos (pôv' schtroupfs).

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une étude spéciale sur les liens forts entre Histoire et Publicité moderne.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, un cours un peu particulier d'histoire du sport avec Tout ce que vous ignorez encore sur le Football.

Ouvrez bien vos esgourdes et soyez prêts à briller lors de vos soirées mondaines avec ces anecdotes :

 

-Pourquoi joue-t-on sur un terrain en gazon ?

 

Question qui semble stupide et pourtant....(enfin c'est à vous de juger.)

Il faut remonter aux origines du football pour comprendre cela. Il faut savoir que ce sport a été inventé par un berger qui gardait ses chèvres par troupeau de 22. En effet, les prés étant à l'époque découpés par 484 m², ils faisaient donc 22 mètres de côté et toutes les chèvres étaient logés à la même enseigne. Enfin....celles qui savaient compter. Toujours est-il qu'un jour, alors qu'il faisait travailler les chèvres à égaliser la hauteur du gazon (on s'occupe comme on peut), ce berger à l'origine du sport le plus populaire au monde, fit tomber son outre en peau de mouton (la chèvre, c'est poreux tout le monde vous le dira) et dans un élan totalement irréfléchi, frappa dedans très fort avec son pied. C'est alors qu'il vit les chèvres se battre pour récupérer son outre en filant des grands coups de pattes dedans.

Le Football était né.

 

-Pourquoi les footballeurs portent-ils des crampons ?

 

Vous pensez que c'est par souci d'adhérence au terrain ? Et bien essayez de marcher par temps de verglas avec des crampons et vous verrez qu'il n'en est rien.

En réalité, il s'agit d'un hommage à l'inventeur du jeu. Et bien oui, figurez-vous que malgré la régularité des prés, certaines chèvres ne savaient pas compter et dérangeait donc énormément leurs camarades. Voilà pourquoi les bergers d'alors avaient des chaussures à crampons afin de dessiner des sillons dans la terre et délimiter ainsi la parcelle de chacune de ces bêtes.

NB : Un autre berger se fit connaître en inventant un jeu. Moins fortuné, il ne possédait que 9 chèvres, 5 blanches et 4 noires. C'est en les disposant une à une sur son terrain quadrillé qu'il créa le jeu du Morpion. Et oui.

 

-Pourquoi les joueurs son payés aussi cher ?

 

Il est acquis que les salaires des joueurs doivent être attractifs. Plus ils tapent fort, loin et si possible entre les poteaux blancs, plus ils sont payés cher. Après il y a ceux qui savent jouer à la baballe et qui, voulant jouer plus longtemps que les autres, les esquivent avec le ballon dans les pieds pour finir par taper le plus fort, le plus loin et si possible entre les poteaux blancs.

Et bien figurez-vous que les salaires mirobolants alloués aux joueurs pourraient être considérés comme des investissements à long terme. En fait, l'espérance de durée de carrière d'un joueur étant relativement faible, il est nécessaire de fournir un capital à ce dernier pour qu'il puisse survivre une fois passée sa gloire de joueur. Il est évident que le niveau intellectuel moyen d'un joueur de football ne laisse pas beaucoup d'espoir quant à sa vie hors du terrain.

NB : Les salaires plus faibles donnés aux gardiens s'expliquent par leur intellect plus développé. En effet, eux prennent le ballon à la main, c'est quand même beaucoup plus pratique mais, allez dire ça à un boeuf d'attaquant de pointe !

 

-A quoi servent et correspondent tous les sigles d'équipes de foot ?

 

D'abord, leur utilité. Lorsque 30.000 intellectuels debout gueulent comme des tarés "ALLEEEEEEEEEZ L'OM !", il leur serait plus compliqué de gueuler sur le même rythme : "ALLEEEEEEEEEZ L'Olympique de Marseille !". Premier point.

Ensuite, les significations : Passés l'OM et le PSG , on trouve de tout : Du FC (Football Club) au RC (Racing Club) en passant par l'AC (Non, pas Association Caritative ! Demandez à Berlusconi).

On est surpris de voir des sigles utilisés par une seule équipe. Exemple : L'AS Monaco. AS signifiant Association Sportive, on comprend aisément au vu du nombre d'habitants en âge de pratiquer une activité sportive, que l'AS Monaco se limite à une équipe de Foot.

 

-A quoi servent les sponsors ?

 

Non madame, pas à faire des jolis dessins avec des jolis couleurs sur les maillots, non ! Quoique.

A la base, les sponsors sont là pour amener de l'argent aux équipes qui en échange portent les marques sur leurs maillots. Une stratégie un peu risquée pour les sponsors qui, pour peu que l'équipe en question soit composées de nazes, retrouvent leur images associée au ridicule footbalistique.

A l'inverse et ce malgré la manne financière qu'ils représentent, certains sponsors peuvent être à éviter dans la mesure du possible. On ne saurait trop conseiller aux équipes d'éviter des marques telles que "Pernod Ricard", "La jouvence de l'Abbé Soury", "Cochonou" (ah, c'est déjà pris ?), etc...

A noter : Non pas un sponsor d'équipe de foot mais le sponsor officiel du championnat belge aussi appelé Jupiler League de la fameuse marque de bière.

Comme quoi il est possible de se foutre de la gueule des footballeurs et des belges en même temps.

 

-Pourquoi le PSG existe-t-il ?

 

Ah, en voilà une bonne question.

On a longtemps pensé que le club avait été créé pour qu'il existe un grand club dans la capitale. Aujourd’hui, le simple fait d'avoir pu imaginer un jour que ce fut pour cette raison fait doucement rire tous les non-parisiens (et encore, même eux, mais ils se cachent).

Il semblerait aujourd'hui que le PSG existe pour la même raison que les Belges à l'international, les Blondes chez les femmes, ou encore les Fonctionnaires dans le monde du travail. Il fallait un bouc-émissaire dans le Football, quelque chose que l'on puisse railler en toute circonstance.

Et on ne remerciera jamais assez Daniel HECHTER pour ça (Oui je me moque, tant qu'on peut encore le faire, le redressement étant récent !)

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec un retour à notre programme classique sur l'histoire des expressions françaises.  

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Appuyer sur le champignon :

 

Tout le monde pense que cette expression vient du fait que l'on a surnommé l'accélérateur des voitures le champignon.

Pas du tout, en réalité cette expression nous vient de l'époque de la préhistoire ou les hommes ont découvert la cueillette. Ils apprirent alors, à leurs dépens, les espèces végétales comestibles ou non. Une en particulier était particulièrement dangereuse, un champignon (bah, oui) appelé le claquos qui dégageait une odeur pestilentielle (proche du fromage de cantine) lorsqu'il était écrasé. Jamais cueilli donc, il était tout de même utilisé par les hommes préhistoriques pour le jeu. En effet, lorsque l'un d'entre eux en découvrait un au détours d'un bosquet pendant la cueillette, il criait à ces compagnons "MOUGRAROUTABA GRAPOUTAAA" ("Attention, j'appuie sur le champignon !"). Soudainement, la cueillette s'effectuait à une vitesse plus que soutenue pour ne plus subir les affres de ce champignon.

Ainsi, depuis cette époque, appuyer sur le champignon correspond à effectuer une accélération vive.

 

N.B. : Le nom de ce champignon a perduré -- vous l'aurez compris -- pour désigné un fromage à l'odeur proche de cette pestilence.

 

N.Bis : une enquête scientifique récente a démontré que l'extinction de l'espèce des schtroumphs (animal qui pu atrocement lorsqu'il est écrabouillé) était due à ce jeu préhistorique consistant à écraser leur maison.

 

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec, dans le cadre de notre jumelage "Littérature & EPS", Tout ce que vous ignorez encore sur le Football.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 23:59

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Faux-cul, Lèche-cul :

 

Au moment de la création des animaux, Dieu donna à chacun un nom et une lettre et ce pour les ranger plus facilement. On vit apparaître le Lion-A (le roi des animaux), la Vache-R, le Cochon-T, etc...

Les mammifères marins posèrent problème. Autant les bovidés, les Ovidés, Les Félins, les Canins, Les oiseaux, etc.....respectaient leur créateur, autant les mammifères marins étaient particulièrement prévenants et aux petits soins envers Dieu. En particulier la Laiche, qui s'était vu attribuer la lettre Q et dont le comportement exaspéra tellement le Tout-Puissant qu'il la fit disparaître. Ne resta que son comportement le Laiche-Q qui s'est malheureusement perpétué jusqu'ici. Un autre de ces Lèches-Bottes se fit connaître pour ses coups en douce. Gentil et charmeur en façade comme ces collègues de nage, il n'en faisait pas moins des saloperies dans le dos du créateur. Dieu n'ayant jamais pu prendre le Phoque-U en flagrant délit, il le laissa vivre sur Terre ou il continue ses coups bas. Y a qu'à voir le nombre de pingouins dont il a nouer les lacets ensemble (...Quoi ? Ils marchent naturellement comme ça ? Mmmh. J'ai rien dit, ils ont du se calmer depuis)

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une expression bucolique, Appuyer sur le champignon, qui nous vient de la préhistoire.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Pousser le bouchon un peu trop loin :

 

Il est difficile de déterminer l'origine exacte de cette expression parce qu'il y a plusieurs versions, sûrement toutes aussi fausses les unes que les autres.

Tout d'abord, un bouchon. Vous voyez ce que c'est. Ah ! Si, un bouchon. Enfin ! Un bouchon ! Là c'est embêtant, si je m'attendais à avoir à expliquer ça :

Bouchon =

*Ustensile de forme, matière et dimensions diverses servant à .... boucher quelque chose. Et bah oui !

Bon alors on a aussi : *

*Flotteur pour pèche à la ligne de forme, matière et dimensions diverses

*Expression pour désigner un petit enfant de forme, matière et dimensions diverses

*Cochonnet de pétanque de forme ronde, en bois avec un diamètre de 3,23 centimètres

 

Du coup, chaque signification a donné naissance à sa version de l'expression.

*Les pêcheurs, face à face chacun sur une rive de la même rivière ont coutume de découper (en pensée, bande de nouilles !) la rivère en deux dans le sens de la longueur pour déterminer leur zone de pêche. Evidemment, si l'un d'entre eux venait à franchir la ligne invisible séparant les deux zones, l'autre l'avertissait ainsi : "Tu pousses le bouchon un peu trop loin !"

*En famille, souvent quand les mioches squattent le canapé juste avant l'Affiche de la 22ème Journée de L1, on a tendance à les pousser délicatement de la semelle droite vers le bout dudit sofa. Souvent pour s'entendre dire : "Oh ! Tu pousses les bouchons un peu trop loin, chéri." Fichu mariage.

*En plein cagnard, quand on s'isole sous le grand arbre du terrain de boule pour jouer et qu'un fada lance le cochonnet en pleine chaleur, on grogne : "Eh-oh, tu pousses le bouchon un peu trop loin, là !" (avé l'accent, c'est mieux.)

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec deux expressions plus ou moins liées, Faux-Cul et Lèche-Cul, dont l'origine nous vient tout droit de la Génèse.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 17:33

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

- Avoir le feu au cul :

 

Expression contemporaine. Lors de l'explosion culturelle de la consommation à outrance (et oui, même Don Camillo a vendu des pâtes, souvenez-vous...), on découvrit de nombreux produits qui, pour se mettre en avant, possédait des vertus complémentaires.

On vit ainsi fleurir les fameux produits de développement linguistique : L'assiette anglaise, Les abricots tchèques, la vache espagnole (déconseillée pour apprendre l'anglais), ....

Les produits touristiques : La barbe à papamobile à Rome, Les chips à l'huître (succès modéré) en Normandie, Le Claquos (fromage) dans le Nord, ...

Les produits pharmaceutiques : Le mercurochrome au Tabasco (très agressif), L'eau soluble (Très mitigé...L'accueil, pas la température), L'escargot de Bourgogne sonotone (à manger AVANT usage), ...

Un produit en particulier fit parler de lui à cause de ses effets très puissants, il s'agissait de l'Oeuf, Excitant Organique de Qualité au nom peu attirant mais à l'efficacité redoutable. Si bien qu'il était facile de reconnaître ses consommateurs dans la rue :

"-ça va ? T'as l'air Nerveux...

-CCCAAAAAA VAAAAA !!!!! J'AI PPPRRRRIIISS UN TRRRRRRUC, .......

- Oui-oui, j'ai compris. T'as l'Oeuf E.O.Q" (Excitant Organique de Qualité, je le rappelle, suivez un peu)

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une expression à l'origine plus trouble, Pousser le bouchon un peu trop loin.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 00:01

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

-Dormir sur ses deux oreilles :

 

Expression dérivé de l'espagnol "para dormir en sus dos oídos" (on sent que c'est du google translate ?). Expression née pendant les premières corridas. A l'époque, les deux protagonistes étaient à égalité (Depuis, devant l'incapacité du taureau à utiliser les picadors, on ne lui en a plus donné), ce qui provoquait, parfois, la victoire du taureau. Or, les combattants étaient à égalité autant sur l'affrontement que sur la défaite et le taureau récupérait ainsi les deux oreilles et la queue du matador. Il était de coutume chez les taureaux à l'époque de laisser la queue à la femme du vaincu pour ne pas qu'elle soit trop vite en manque, et le taureau pouvait rentrer chez lui tranquillement avec son butin.

Il est à noter que la légende de l'époque de la petite souris consistait à déposer une oreille sous l'oreiller pour récupérer une pièce. Par la suite, l'éradication de la lèpre des jeunes enfants dans nos contrées imposa une modification de cette légende pour que les enfants ne soient pas trop frustrés, et que les ventes de cutters n'explosent chez les 6-12 ans.

Ainsi le taureau dormait la nuit suivante non pas sur ses oreilles à lui mais sur ses deux oreilles gagnées chèrement le jour même. Il dormait détendu, sachant qu'il ne serait pas de retour dans l'arène avant longtemps (et qu'il aurait 2 pièces le lendemain).

 

Depuis l'expression s'applique, non plus aux taureaux -- qui ne gagnent plus les corridas -- , mais à tous ceux qui se couchent détendus pour faire une bonne nuit.

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une autre expression récente, Avoir le feu au cul, conséquence del a société de consommation.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 14:10

Bonjour chers amis,

 

Aujourd'hui, petit cours d'histoire et de langue avec la découverte de l'origine d'une expression commune.

Vous pouvez penser que son sens est évident mais il n'en est rien, jugez plutôt :

 

-Comment vas-tu yau de poêle :

 

Expression datant de l'antiquité lors de la découverte du chauffage central.

Il faut savoir qu'à l'époque un peuple, dont le nom a été oublié depuis et qui se caractérisait par sa pilosité fournie, avait déjà inventé la révolution et le principe de citoyen-camarade repris par tant d'autres durant les siècles derniers. Ainsi, en leur langue, appelait-on son interlocuteur yod'poil, sans plus de raison qu'on appelle le Pape par son prénom sans avoir été présenté.

Pendant ce temps, les grandes civilisations découvraient le poêle à bois, qu'on posait bêtement dans la cheminée pour ne pas crever d'intoxication "à cause qu'on savait pas comment évacuer la fumée". C'est lors d'un voyage en Bavière -- la région des yod-poils -- qu'un ingénieur antique, en entendant les habitants, eu l'idée de fixer un tuyau sur le poêle pour évacuer les émanations (faut le faire pour pas y avoir pensé avant).

Alors aujourd'hui on rit beaucoup en lançant cette vanne : "Comment vas-tu yau de poêle ?" sans pour autant savoir qu'elle est à l'origine d'une invention qui sauva les poumons de toute une époque.

 

 

 

Merci de votre attention, et à bientôt avec une expression récente, Dormir sur ses deux oreilles, qui nous vient du pays de la paella.

 

Professeur Z


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Omega - Le Z
  • : Ceci n’a pas vocation à avoir un début, un milieu et une fin. Juste un fil. Soyez comme un ami, ou juste une connaissance. Prenez ceci au vol, à n’importe quel instant et laissez-vous porter, accompagnez.
  • Contact

Pages

Catégories