Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 00:01

NOTE : Ce texte a été écrit il y a quelques années. Ma situation a quelque peu changé (à savoir que je ne manque de rien aujourd'hui, sur les sujets qui me préoccupaient ci-dessous). Et puis, puisqu'il s'agit de ça, mon boulot à changé surtout, et c'est pour le mieux, comme vous pourrez le voir :

...

 

Ah, solidarité quand tu nous tiens.

Comprenez bien, il faut apitoyer dans les chaumières sans devoir dormir devant nos portes. Aussi finalement, on préfèrera être pauvre et malade, voire handicapé, que pauvre tout court. La solidarité devient alors un mot que tout le monde comprend et l’argent coule à flots pour aider aux soins des pauvres malades.

Quiconque aura des notions de base en mathématiques comprendra très bien ce phénomène qui se résume à cela : "moins par moins égal plus"

La responsabilisation et la morale empêche toute demi-mesure : On pleurera sur la vie d’un enfant pauvre, ou d’un malade pauvre en négligeant un simple pauvre ; On plaindra un nain en se moquant de quelqu’un d’un peu trop petit ; On soignera un obèse en mettant au ban de la société celui qui néglige sa ligne ; etc.…

La nature humaine est ainsi faite. Solidarité oui, mais on se sent toujours mieux quand se trouve à ses côtés quelqu’un qui va plus mal que soi. Et si on nous impose ou nous inculque une morale, alors cela se reportera sur un autre mal, sur un moindre mal.

On se sent concerné ? On pense toujours être un chic type parce qu’on donne son billet au Téléthon tous les ans ?

Savons-nous que le respect et la dignité ne s’achètent pas ? Ne nous est-il pas possible, à défaut de donner de l’argent, de montrer de la sympathie aux nécessiteux (terme inventé pour amoindrir la notion de pauvreté. Voir non-voyant pour aveugle, personne de petite taille pour nain et délinquant sexuel pour pédophile et violeur) ?

Il peut être appréciable, voire nécessaire, de se savoir vivant pour quelqu’un d’autre que soi lorsque l’on a plus de biens propres ou de logement ou encore l’assurance d’être vivant le lendemain matin parce que le thermomètre est susceptible de descendre sous zéro pendant la nuit.

 

Si j’osais….allez, j’ose : Voici une formule qui pourrait être celle de n’importe qui prétend s’inquiéter de la misère du monde sans pour autant considérer qu’il y peut quelque chose mais que chacun doit « voir midi à sa porte » :

 

"si tous les pauvres se donnaient la main, ils n'auraient plus besoin de moufles"

 

Mais qui puis-je espérer convaincre alors que moi-même je suis incapable de me montrer humain auprès de mes semblables ?

Gardons un peu d’espoir en imaginant que si un seul d’entre nous, un jour, se décidait à se pencher vers une personne faisant la manche, pas pour mettre négligemment une pièce dans sa casquette ou sa boîte, mais pour lui parler, faire connaissance ou l’inviter à prendre un café, tous ceux qui se trouve auprès de lui en cet instant solennel se sentiraient morveux de n’avoir oser être le premier et seraient sûrement tentés de faire la même chose, en réalisant que ceux qui dorment dans des cartons ou sur des aérations du métro sont avant tout des hommes et des femmes qui ont le droit de vivre à défaut d’avoir celui de se loger ou de manger à sa faim.

 

Voilà qui est peut-être mielleux et plein de bon sentiments mais ça ne l’est que parce que personne ne fait quoi que ce soit pour que cela devienne une réalité. Enfin j’exagère un peu, reprenons ce dernier point : Ceux qui font quelque chose pour que cela change ne sont pas assez nombreux. Et de toute façon, personne ne s’intéresse à ce qu’ils font.

Oups, je crois que j’ai laissé échapper la notion d’espoir qui devait clore le sujet.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Omega - dans Ceci...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Omega - Le Z
  • Omega - Le Z
  • : Ceci n’a pas vocation à avoir un début, un milieu et une fin. Juste un fil. Soyez comme un ami, ou juste une connaissance. Prenez ceci au vol, à n’importe quel instant et laissez-vous porter, accompagnez.
  • Contact

Pages

Catégories